Hearthstone : les revenus des versions smartphones et tablettes explosent le PC

A travers une étude de SuperData, l’arrivée de Hearthstone sur smartphones et tablettes a fait un bien fou aux revenus générés par le free-to-play de Blizzard qui n’en finit...
hearthstone

A travers une étude de SuperData, l’arrivée de Hearthstone sur smartphones et tablettes a fait un bien fou aux revenus générés par le free-to-play de Blizzard qui n’en finit plus d’impressionner.

Hearthstone, modèle de free-to-play sorti en 2014 sous l’égide d’une petite équipe de Blizzard, a déjà fait chavirer le cœur et le porte-monnaie de beaucoup de gamers. Ce n’est pas moins de 30 millions de joueurs qui jouent au jeu de cartes à collectionner, n’hésitant pas à débourser de belles sommes pour obtenir des decks compétitifs.

On parle de la bagatelle de 114 millions de dollars de revenus en 2014, date à laquelle le jeu est entrée en bêta ouverte avant d’être lancé en grande pompe quelques mois plus tard. C’est par le biais des micro-transactions que Blizzard a fait d’Hearthstone une incroyable poule aux œufs d’or, prouvant ainsi que le free-to-play a de bonnes années devant lui s’il propose de la qualité (Blizzard oblige).

C’est par l’achat de « pièces d’or » en argent réel (que l’on peut aussi gagner en cours de jeu, moyennant quelques heures de dur labeur) que l’on peut acheter des boosters et les trois extensions « Naxxramas », Rochenoire » et la petite dernière,« Le Grand Tournoi », contenant de nouvelles cartes pour enrichir ses decks. A savoir que Blizzard a récemment mis en place un système de « portrait de classes » que l’on ne peut obtenir qu’en dépensant des euros.

Contre (presque) toute attente, c’est donc sur tablettes et mobiles que Hearthstone a dégagé le plus d’argent via les micro-transactions. Preuve en est, ce graphique retracant l’évolution des revenus du jeu depuis sa sortie :
Revenus hearthstone
Comme vous pouvez le voir, il y a certains pics sur ce graphique, ils représentent tout simplement les événements importants liés à Hearthstone, comme le lancement de la bêta ouverte (2013), la première extension Naxxramas (2014) et la deuxième Goblins Vs Gnomes (fin 2014). On notera aussi la très nette diminution des revenus liés au PC, première plateforme d’accueil du jeu, qui se fait couper la chique depuis la sortie d’Hearthstone sur plateformes mobiles (iOS et Android). Entre mars et avril 2015, les revenus engrangés sur mobiles ont été multipliés par 4 alors que les revenus Windows / Mac OSX sont en chute libre.

Quand on sait que la troisième extension « Le Grand Tournoi » vient de sortir cette semaine (ramenez les brouzoufes), on ne peut que rester admiratif face au succès d’Hearthstone. D’autant plus qu’Activision Blizzard a d’ores et déjà annoncé que le duo Hearthstone/Destiny a réalisé un chiffres d’affaires d’environ un milliard de dollars.

On ne connaît pas le coût de développement d’Hearthstone mais il doit être vraiment ridicule comparé aux revenus générés. Qui dit mieux ?

giphy

Categories
News

Défenseur du Jeu Vidéo depuis ma plus tendre enfance, Playsmart est un terrain d'expression pour le nouveau paradigme de l'industrie : le jeu mobile !

Playsmart.fr est en pause.

Reste informé sur nos prochains projets!